Les indispensables de la cosmétique Handmade : les hydrolats

Les hydrolats ne sont pas aussi connus que les huiles essentielles. Pourtant, ils résultent du même procédé d’extraction et possèdent les mêmes molécules aromatiques. Par conséquent, ont des effets thérapeutiques similaires (ref.1). Ils sont intéressants dans la cosmétique maison car ils permettent de remplacer l’eau et vont agir comme actif. De plus, les hydrolats n’ont pas d’effets indésirables et peuvent être utilisés par toute la famille : ça serait dommage de s’en passer !

Un peu d’histoire

La distillation des fleurs est utilisée depuis des millénaires, en Égypte ancienne notamment, et y était fort appréciée. L’eau florale de rose, par exemple, était très utilisée principalement comme remède.

À partir du XIXème siècle, avec l’avancée de la recherche, ce sont les huiles essentielles qui prennent le dessus : les hydrolats sont tombés dans l’oubli. Ils sont devenus des “sous-produits” issus des huiles essentielles.

Heureusement, grâce à la montée des cosmétiques biologiques et fait maison, les hydrolats retrouvent petit à petit leur titre de noblesse.

Un hydrolat est un extrait de plante aromatique obtenu par distillation.

Pour faire simple : sous l’effet de la chaleur, de la vapeur d’eau se forme et extrait les molécules aromatiques de la plante. Cette vapeur d’eau, imprégnée de molécules aromatiques, est refroidie et est récoltée dans un récipient, appelé essencier. Deux phases vont se former : une phase huileuse en surface (moins dense) qui correspond à l’huile essentielle. Et une phase aqueuse en dessous (plus dense) qui correspond à l’hydrolat.

L’hydrolat est bien un produit à part entière, c’est une eau aromatisée et odorante. Il possède les mêmes principes actifs que l’huile essentielle qui lui est associée, mais en concentration beaucoup moins élevée.

Mais attention à ne pas confondre “eaux aromatiques” et hydrolats (= eaux florales). Les “eaux aromatiques” sont coupées soit avec de l’eau, soit avec de l’alcool. C’est pour cela qu’il est important de bien lire la liste des ingrédients (INCI). L’INCI d’un hydrolat ou d’une eau florale sera composé seulement du nom latin de la plante suivi de water extract (ie : Hamamelis Virginiana water extract ).

Comment utiliser les hydrolats dans sa routine soin ?

Les hydrolats peuvent être utilisés par voie interne et externe. N’étant pas hydrolathérapeute, ou tout autre métier finissant par “thérapeute”, je vais seulement vous parler de son utilisation par voie externe. Mais sachez que les hydrolats ont une utilisation plus large qu’une simple eau pour la peau.

Si vous avez la peau sèche ou mature par exemple,  l’hydrolat de rose (Damas ou de mai), de ciste ladanifère et d’hélichryse italienne sont très intéressants grâce à leurs propriétés astringentes, tonifiantes et aussi régénérantes. 

Exemple de routine de soin pour peaux sèches et/ou matures :

Le matin : pour réveiller votre peau, pulvérisez un des hydrolats mentionnés ci-dessus sur votre visage. Laissez pénétrer quelques secondes, mais ne séchez pas votre peau, pour permettre une meilleur absorption de votre crème (voir la recette de la crème hydratante à l’acide hyaluronique) ou de votre huile de soin que vous appliquerez par la suite.

Le soir : avec une huile végétale neutre démaquillez votre peau. Continuez avec un gel nettoyant moussant qui enlèvera toutes les impuretés et le maquillage dissous par l’huile. Après avoir rincé et séché votre visage, poursuivez votre routine de soin de la même façon que le matin.

Voici quelques exemples d’hydrolats pour les autres types et états de peaux :

  •  Grasse acnéique : hydrolat d’eucalyptus globulus
  •  Sensible, irritée : hydrolat de lavande vraie
  •  Couperosée, rougeurs diffuses : hydrolat d’hélichryse italienne.

Et dans la cosmétique handmade ?

Un cosmétique est à 80 % fait d’eau (sauf les cosmétiques à base 100 % huileux), elle va avoir notamment le rôle de solvant et va permettre à tous les ingrédients hydrosolubles de se mélanger. Si vous avez lu quelques-unes de mes recettes vous avez remarqué que je n’utilise jamais d’eau mais des hydrolats. L’avantage d’en utiliser à la place de l’eau est qu’ils vont avoir rôle de solvant. Ils vont aussi jouer le rôle d’actif et vont parfumer légèrement vos cosmétiques : un ingrédient 3 en 1

Le seul bémol est lors de la chauffe de la phase aqueuse où il va perdre légèrement ses bienfaits. N’hésitez donc pas à les utiliser comme actifs (phase C) en rajoutant quelques gouttes en même temps que les autres actifs et les conservateurs.

Il existe une multitude d’hydrolat, et il est parfois difficile de s’y retrouver. Au début, je vous conseille d’utiliser de l’hydrolat de fleur d’oranger ou de l’hydrolat de rose. Ils sont faciles à trouver en magasin bio et sont abordables. Pour ma part, j’utilise ceux de la marque Arc en sels (marque locale et bio).

Vous pouvez aussi en trouver sur Internet : Aroma-zone et la Compagnie des sens en propose une grande gamme à des prix très abordables. Si vous habitez Bordeaux, je vous conseille d’aller faire un tour dans la boutique Herbeo qui propose aussi une gamme intéressante avec conseil en prime.

Pour finir.

Dans cet article, je n’ai développé que l’utilisation “cosmétique” des hydrolats, mais comme je le disais plus haut, leur utilisation est multiple. Ils peuvent s’utiliser en cuisine pour aromatiser vos plats et vos desserts. Mais aussi, peuvent être utilisés dans une approche thérapeutique et même psycho-émotionnelle. C’est pour cela que les eaux florales sont des produits naturels extrêmement intéressants, sur le même plan que les huiles végétales et les huiles essentielles.

J’espère que vous en savez un peu plus sur les hydrolats et que cet article vous donnera envie de les utiliser dans votre routine de soin et dans vos cosmétiques maison.

À très vite

En attendant, prenez soin de vous 🙂

Références
1: L’hydrolathérapie , thérapies des eaux florales; Lydia Bosson. Douce alternative, Editions Amyris.
2: Les grand guide de l’aromathérapie et les soins de beauté aux naturels; Aroma Zone et Aude Maillard. J’ai lu
3 : Slow cosmétique, le guide visuel ; Julien Kaibeck et Mélanie Dupuis. Leduc.s éditions
Source photo : passeportsanté